Fleur gauche
Fleur droite
haut article
Vous êtes ici : Accueil du site > Thématiques > Politique Culturelle > Focale > L’association Le fond et la Forme accueille trois documentaristes en (...)

 

L’association Le fond et la Forme accueille trois documentaristes en résidence de création

vendredi 28 juin 2013, par Corinne Trevisan

L’association Le fond et la Forme accueille trois documentaristes en résidence depuis ce printemps. Ils réaliseront chacun un film présenté lors de la dixième édition des Hivernales du documentaire cet automne et dans un webdocucmentaire.

Ainsi travaillent actuellement en résidence de création :

- Nicolas Gayraud
- Thomas Faverjon
- Sylvestre Meinzer

La mutation de la ruralité est le thème général et chacun a proposé un axe de travail.

Ce temps de résidence permet d’expérimenter, de se confronter dans un cadre donné où les rencontres et les échanges restent des temps privilégiés au même titre que le travail sur l’esthétique ou la recherche.

Pour chaque artiste, une réelle mobilisation s’organise pour leur permettre d’accéder aux habitants, aux associations afin de provoquer des rencontres.

- Nicolas Gayraud rencontre des paysans de plus de 80 ans. Il mène un travail sur la matière, la fin d’un monde, l’acceptation de la disparition, l’ancrage. La résidence lui permet d’expérimenter, de s’essayer à des formes cinématographiques et d’approfondir certains aspects du film, d’aller au-delà de la sensation et d’entrer dans la construction.

- Sylvestre Meinzer travaille sur le devenir de l’école de Mazerac en maison secondaire. Le film pose des questions de la transformation d’un espace public, l’école en espace privé. Thème fort puisque l’école primaire représente souvent un moment important dans la vie de tout un chacun. Elle retrouve des personnes ayant été dans cette école. Les propriétaires actuels lui ont ouvert grand les portes et participent chaleureusement au film.

- Thomas Faverjon, travaille sur la notion de simplicité volontaire et décroissance. Il rencontre des gens essayant de vivre en consommant moins et dans une démarche de décroissance. Comment faire quelque chose pour l’humanité ? Question qui l’anime.

On peut voir en ligne sur http://placedelahalle.tv des films présentant leur démarche cinématographique et personnelle.

L’association le fond et la forme a eu le plaisir d’accueillir Yves Caumon, directeur du département réalisation à la Fémis, école de cinéma à Paris et cinéaste, le samedi 25 mai pour une journée de travail. Il a débuté comme assistant d’Agnès Varda et de Jean-Paul Civeyrac. Il réalise plusieurs courts et moyens métrages - dont La Beauté du monde et Les Filles de mon pays (prix Jean-Vigo en 2000) , puis trois longs métrages dont deux ont été présentés au Festival de Cannes. On retient de lui notamment son dernier film " L’oiseau" avec Sandrine Kiberlain. Sa venue à ce moment donné du processus de création est intéressante pour le regard extérieur qu’il apporte et pour son approche analytique nourrie, intellectuelle et sensible. Il s’est penché sur les films avec les 3 réalisateurs, et confronter leurs hypothèses de travail. Son intervention et les retours qu’il a émis ont donné une première critique constructive du travail en cours. A noter la contribution d’ Eric Lestrugue au Webdocumentaire, qui apportera sa touche particulière à la mise en forme.

 

 

bas haut article
bas