Fleur gauche
Fleur droite
haut article
Vous êtes ici : Accueil du site > Thématiques > Patrimoine > Côté patrimoine (5) : Nègrepelisse : le presbytère.

 

Côté patrimoine (5) : Nègrepelisse : le presbytère.

mardi 4 octobre 2005

Pour son cinquième côté patrimoine, l’équipe de la Maison du patrimoine porte l’attention sur le presbytère de Nègrepelisse situé à l’emplacement d’un ancien château nommé par tradition orale, le château de Bellegarde. Il ne subsiste de cet édifice de la seconde moitié du 15e siècle appartenant aux Carmaing, seigneurs de Nègrepelisse, que le portail d’entrée avec des piédroits en calcaire sculptés de colonnes torsadées. Ce portail devait posséder en partie supérieure, le même arc en accolade que celui du portail de l’église. Cet ancien château était flanqué d’une tour hors-oeuvre d’environ 15 mètres de haut contenant un escalier en vis.

Au début du 18ème siècle, l’édifice est racheté par le Clergé pour le transformer en résidence presbytérale. Dès 1702, l’abbé Rigal remplace le tympan du portail par un arc en brique et y porte l’inscription suivante : « réparé le 1 aoust 1702 ». L’abbé Rigal fait également construire cette même année une porte d’accès au jardin, aujourd’hui bouchée, ainsi qu’un mur de clôture avec des balustres en brique donnant sur la rue.

Plus d’un siècle et demi plus tard, en 1872, l’abbé Marty fait détruire le presbytère pour en construire un nouveau. Il prend la forme du bâtiment que nous connaissons aujourd’hui. Les façades Nord et Est sont régulières. Au centre de la façade Nord, coté jardin, un cartouche porte l’épigraphe IHS-MDCCCLXXII et les armes de Nègrepelisse. Le monogramme IHS : Iesus Hominum Salvator, signifie le nom de Jésus en latin et la date 1872 est celle de la nouvelle construction du presbytère. Une buanderie est accolée au portail du 15e siècle, lui retirant toute fonctionnalité. Les traces des constructions antérieures du presbytère sont particulièrement perceptibles sur les murs Sud et Ouest qui contiennent différents remplois de moellon de calcaire, de blocs sculptés et de brique. Cet appareil mixte peu ordonné raconte aussi l’histoire de ce presbytère...

Carole Stadnicki, Diane Joy, l’équipe de la Maison du patrimoine.

 

 

bas haut article
bas